jeudi 5 août 2010

Inception – Christopher Nolan


Ca en deviendrait presque énervant, cette manière qu’a Christopher Nolan de vous pondre un petit chef d’œuvre à chaque film. Je n’ai toujours pas vu Memento pour le vérifier (oui je sais Silvère, quelle honte), mais ces derniers temps il n’a pas failli à sa réputation. The Prestige est resté pour moi l’équivalent d’une grande claque dans la figure, et ne parlons pas de The Dark Knight, c’était deux bonnes baffes, au moins.

Ces temps-ci, j’ai tendance à éviter volontairement les infos sur les films que je vais voir, c’est donc avec une bande-annonce et quelques infos de base (Hans Zimmer à la musique !) que je me suis pointée un samedi matin dans une salle de cinéma pour voir le blockbuster de l’été qui nous fait voyager dans les rêves.

Ah les rêves, quel bon sujet susceptible de m’attirer dans une salle de ciné (*tousse* Sandman *tousse*), mais bizarrement on est à des lieux du traitement habituel tout en paysages oniriques et en créatures étranges…

Cobb (Leonardo Dicaprio) exerce une profession un peu particulière, puisqu’il s’introduit dans les rêves d’autrui pour y dérober des informations (typiquement des secrets industriels). Un jour, on lui propose un contrat qu’il ne peut refuser, puisque cela lui permettra de revoir ses enfants. Sa tâche ? Non pas cambrioler un esprit mais y implanter une suggestion, c'est-à-dire réaliser une inception.

Venant de Nolan, on ne peut s’attendre qu’à une histoire à tiroirs qui fait carburer les neurones, et de ce coté-là, on est servi, quoiqu’on assiste plutôt à un emboitement très complexe de poupées russes. On a un peu l’impression en sortant d’avoir passé deux heures sur un problème de maths, mais pour une fois qu’on peut être un peu actif au cinéma, c’est très agréable.

Le concept de voyage dans les rêves est plutôt bien pensé (scientifiquement crédible, j’en sais rien, qui s’en soucie ?), et visuellement, c’est bluffant. Nolan a opté pour un univers réaliste et crédible, mais ce n’est que plus impressionnant quand les déformations entrent en jeu (aussi gratuites que soient les déformations de Paris, ça n’en reste pas moins incroyable, sans parler du reste).

Ces déformations donnent d’ailleurs également naissance à de très belles scènes d’action qui ont leur petit effet (que mon cerveau un peu trop débordé en plein film a résumé à un sommaire « j’kiffe trop ce réalisateur »). Parce que oui, on ne fait pas que réfléchir, il y a quand même pas mal d’action qui côtoie tout cette histoire de rêve et de manipulation mentale, ce n’est pas un blockbuster pour rien.


Le seul point en retrait est à mon avis les personnages, qui ne sont pas très développés à l’exception de Cobb et de sa femme. Ariadne fait un peu office d’arriviste (je te connais depuis 2 jours et tu me racontes toute ta vie), et Saïto est trop peu développé pour un personnage qui de toute évidence dissimule ses réelles intentions (là il ressemblerait presque à un bisounours). Les autres gars de la bande sont aussi un poil trop simplistes…

Bon ceci dit ça reste tout à fait tolérable, et ça donne à ce film un petit air de Ocean’s Eleven pas désagréable. Mélangez ça avec Matrix, James Bond et la Môme (oui bah désolé mais utiliser du Piaf dans un film avec Marion Cotillard, ne me dites pas que c'est involontaire), et ça vous donne une idée du mélange des genres…

Le film bénéficie aussi d’une très belle BO de Hans Zimmer, qui imprègne véritablement le film… je ne saurais pas trop la qualifier, mais c’est excellent, et bien plus accessible que The Dark Knight par exemple en terme d’écoute…

C’est un très bon film, sans doute un des meilleurs de l’année (je compte bien lui faire une petite place dans mon top 3), et il vaut vraiment le détour. En plus, après, vous pourrez vous amusez à croiser les analyses, et à étudier les 20 000 interprétations possibles. Fichue toupie. Fichu Nolan. Il sait vraiment comment transformer un pur divertissement en un exercice cérébral.

12 commentaires:

  1. Je vais passer pour l'orque moyen mais tant pis. Je ne connais pas Christopher Nolan. Ou si j'ai vu ses films, j'ignore qu'ils sont de lui. Faut dire que je ne vais plus au cinoche depuis des années (des décennies ?).
    Mais tu me donnes une sacré envie de combler mes lacunes.

    RépondreSupprimer
  2. Y'a pas de mal Arutha, en même temps je ne le connaissais pas avant de voir Batman Begins...
    Je te conseille vivement Le Prestige, qui m'a vraiment marqué quand je l'ai vu.

    RépondreSupprimer
  3. Petite précision au sujet du Piaf dans le film : Nolan a étalé la conception du scénario sur une dizaine d'années, et Cotillard a dit dans une interview qu'il avait prévu d'utiliser cette chanson dès le début. Autrement dit, ce n'est pas du tout un clin d'oeil à son film, Nolan avait même pensé à se passer de la chanson lorsque Marion a été engagée, justement pour que les spectateurs n'y voient pas une référence à la Môme.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour l'éclaircissement. De toute façon je vois ça comme un clin d'oeil plutôt rigolo, c'est pas comme si la chanson n'avait aucun rapport avec le film de toute façon...

    RépondreSupprimer
  5. Ah la la, j'adore ta petite dédicace du coup je ne peut qu'intervenir :) Pour moi, si je reprends le début de ton billet : ça en deviendrait presque énervant, cette manière qu’a Christopher Nolan de céder comme ça aux sirènes des grosses productions hollywoodiennes parce que mine de rien, on a beau dire : ses premiers films "indépendants" sont clairement plus ambitieux, plus rugueux, moins lisses... bref plus intéressants quoi ;)
    Bien entendu, The Dark Night et Inception sont des bons films (je suis sympa, je ne parle pas de Batman Begins, c'est pas beau de tirer sur les ambulances :)), mais ils ont un je ne sais quoi de fond sucré typiquement fait pour plaire à un public le plus large possible, ce qui m'irrite un peu la gorge - au contraire de ses premiers films, sans concessions avec le spectateur... J'aime pas qu'on me caresse dans le sens du poil :)
    Après, le réalisateur me fascine car c'est le seul aujourd'hui qui arrive (à peu près) à faire plier les studios sous ses volontés : il a même réussi à refuser la 3D pour Inception alors que le studio le voulais mordicus en prétextant un simple "manque de temps" !

    RépondreSupprimer
  6. On est d'accord, ce film c'est juste de la bombe. Pour ne pas dire un des meilleurs film de ces dernières années.
    Si Nolan continue comme ça, on aura mal (et souvenez vous, Batman 3 en 2012 !).

    Pour la musique voilà un petit article sympathique qui explique très simplement le lien entre la chanson de Piaf et la musique du film : http://www.scifi-universe.com/actualites/9728--spoilers-la-musique-dans-inception.htm

    Effectivement Nolan est un anti 3D, et il l'a aussi refusé pour le prochain Batman : je ne le remercierai jamais assez tant cette technologie n'apporte à l'heure actuelle aucune plu value au cinéma.

    M'en vais le revoir une troisième fois tient !
    http://www.blog-bazar.com/inception/

    RépondreSupprimer
  7. Désolé Vert de continuer la discussion alors que le billet est maintenant périmé :) Je suis 100% d'accord avec toi Grishka, la 3D n'apporte rien au ciné actuellement (à part pour deux films à mon avis : Avatar (mais comme le scénario est tout pourri, on s'en fout :)) et Coraline (qui a été imaginé dès le départ en 3D (et non juste en post prod) et qui est génialissime !)

    il l'a aussi refusé pour le prochain Batman>> Pour info, malheureusement, il semblerait qu'il n'ait pas le choix... Voir : http://www.lepost.fr/article/2010/06/16/2115730_chris-nolan-le-prochain-batman-sera-en-3d-qu-il-le-veuille-ou-non.html

    RépondreSupprimer
  8. @S.L.
    Il est peut-être moins "sans concession" avec le spectateur comme tu dis (je peux pas me prononcer pour Memento :P), mais j'apprécie le fait qu'il ne prenne pas le spectateur pour un zombie, même sur quelque chose d'aussi grand public.

    @Grishka
    Merci pour l'info sur la musique, je n'aurais jamais remarqué (c'est tellement évident de ralentir Piaf pour retrouver Zimmer xD)

    Pour la 3D je suis tout à fait d'accord avec vous deux, d'ailleurs y'a des films que je n'ai pas vu parce que trouver une salle qui le passe en VO et en 3D c'était le parcours du combattant, même à Paris.
    Sur Coraline c'était un bonus sympa (même si le film est très bon en 2D aussi), et sur Avatar, bah de toute façon ça m'aurait casser les pieds de payer plus juste pour prendre conscience de la pauvreté du scénario en 3D xD.
    Bref j'espère qu'on échappera au Batman en 3D (c'est un article du Post, ça reste léger comme confirmation *siffle*)
    (bon en même temps je suis pas très impartiale, je suis pas très sensible à la beauté visuelle des choses, après tout je préfère les jeux vidéo en 2D et les effets spéciaux à l'ancienne ^^)

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi j'ai adoré ce film et je connaissais pas le réalisateur avant, puisque j'ai plutôt tendance à fuire les Batman et trucs de ce genre...

    Et la 3D, je cherche plutôt à l'éviter! Par contre la VO j'aimerais bien en avoir plus, c'est quasi inexistant chez moi ><

    RépondreSupprimer
  10. je l'ai enfin vu et c'est une tuerie !

    Et sinon, ouais, le prestige est génial

    RépondreSupprimer
  11. Je débarque tel le cheveu sur la soupe, bien après les débats, mais je ne découvre fortuitement ce blog qu'aujourd'hui.

    Certes, Inception est un de ces films que j'aime particulièrement, alliant un parfait terreau pour cultiver son imagination et un casse-tête qui demande à être vigilant au moindre détail, de la première à la dernière minute sans quoi la sanction tombe, irrévocable : "Je n'ai rien compris" (entendu en sortant de la salle de cinéma).

    Je l'avoue, je suis un excellent client pour ce genre d'histoires, si elles sont bien menées évidemment.

    Toutefois, et j'espère que vous aurez comblé cette "lacune" entre le temps de votre post et mon commentaire, je préfère bien plus Memento.

    Si dans Inception nous avons droit à une mise en abyme avec un temps s'écoulant différemment selon la strate du rêve dans laquelle on se trouve, Memento est réalisé en flashbacks successifs.

    On débute par la fin, puis on remonte quelques instants avant jusqu'à recoller là où on avait débuté, puis on remonte encore quelques instants avant, etc.

    Comment s'en sortir pour installer du suspens ou un intérêt alors que l'on connaît la fin ?

    C'est là que le personnage principal, amnésique à court terme, permet de (re)développer une histoire très prenante.

    Christopher Nolan est un génie.

    Pour clore cette intervention, je pointe du doigt des films assez similaires dans le genre "je te retourne le cerveau", à savoir : Fight Club, Mulholland Drive (Lost Highway, Blue Velvet...) ou encore L'Armée des Douze Singes.

    Enfin, j'en ajoute un dernier avec mention spéciale pour le style en rotoscopie (dessin à partir d'images) : A scanner darkly.

    Je vais continuer à parcourir votre blog, bien des titres me faisant réagir.

    RépondreSupprimer
  12. Non, je n'ai toujours pas vu Memento, par contre j'ai au moins vu l'Armée des Douze Singes (mais de façon fragmentaire et avec la fin spoilée, d'office ça inspire moins...). Mulholland Drive, je suis pas allée bien loin, je pense que c'est un peu too much pour moi xD

    RépondreSupprimer